Manuel Alonso Navarro, le producteur espagnol du documentaire “La tombe d’Abu Abdullah al-Saghir”, le dernier roi d’Andalousie, a déclaré que sa tombe est encore inconnue à ce jour, proposant de mener une recherche archéologique pour déterminer si la tombe située dans le lieu dit de la chapelle à Fès, il remonte en fait aux derniers rois d’Andalousie ou non.

Cela s’est produit à l’occasion de la présentation de la bande documentaire susmentionnée, jeudi soir à l’Institut Cervantes de Fès, à travers laquelle Alonso Navarro documente l’histoire historique du départ du dernier roi musulman d’Andalousie à Fès, pour passer le reste de son vie submergé, et mourir inconnu sans connaître l’emplacement de sa tombe à ce jour.

Un documentaire espagnol relance la polemique sur la tombe inconnue

Alonso Navarro a ajouté, dans une déclaration à Hespress, que sa bande documentaire “La tumba de Boabdil” (La tumba de Boabdil) confirme, à travers des témoignages et des documents d’historiens arabes et musulmans, qu’Abou Abdallah s’est rendu à Fès après avoir remis les clés de Grenade aux Espagnols.

Il a noté qu’un certain nombre d’historiens pensent qu’Abou Abdallah al-Saghir travaillait dans le secteur de la construction lorsqu’il s’est réfugié à Fès pour y vivre, notant qu’un texte historique d’Abou al-Abbas al-Maqri, surnommé “L’historien d’Andalousie” , parle du fait que le dernier roi d’Andalousie a été enterré dans le lieu bien connu de la salle de prière de Fès.

1668229771 947 Un documentaire espagnol relance la polemique sur la tombe inconnue

Il a attribué la raison de l’ignorance de l’endroit où se trouvent les restes d’Abu Abdullah al-Saghir au fait qu’après avoir perdu son roi en Andalousie, il est devenu une personne indésirable, que ce soit de la part des Arabes ou des Espagnols, notant qu’Abu Abdullah lui applique le proverbe espagnol qui dit que celui qui perd son autorité devient comme Le canard dont personne ne veut.

Le producteur de “Tombeau d’Abu Abdullah Al-Saghir”, s’adressant au journal, a confirmé que l’accès à toute preuve confirmant le lieu de sépulture des derniers rois musulmans d’Andalousie à Fès jouerait un rôle important dans le renforcement des relations maroco-espagnoles, notant que il a profité de sa présence à Fès pour visiter le lieu du tombeau supposé pour son personnage documentaire.

1668229771 297 Un documentaire espagnol relance la polemique sur la tombe inconnue

Il est à noter que le documentaire « La Tombe d’Abou Abdallah al-Saghir », réalisé en 2019 avec le soutien de la Radiotélévision espagnole (RTVE), a été diffusé pour la première fois à Fès, dans le cadre de la « Faces 2022″ programme d’échange et de promotion culturelle, qui vise, selon ce qu’il a annoncé. L’Institut Cervantès de Fès vise à renforcer les liens culturels existants entre le Maroc et l’Espagne.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here