La deuxième conférence nationale de l’Organisation des femmes pour la justice et le développement, tenue ce samedi 19 novembre à Rabat, a élu Son Excellence Boucif, la présidente de l’organisation, pour succéder à Jamila Al-Musli, avec 64 voix, suivie de la dirigeante et l’ancien ministre, Bassima Hakkaoui, avec 43 voix, avec un écart de 21 voix entre eux, tandis que Rabia Bouja en a obtenu 6. Seulement des voix.

Selon le site Internet du parti, SE Boussif était chef adjoint de l’organisation lors de la précédente législature, membre de l’administration générale du parti depuis 2016 et membre de la commission des secteurs productifs du forum des cadres et des experts du parti.

Boussif a été parlementaire lors de la législature 2012/2016, et elle est responsable du secrétariat régional du parti dans la région de Beni Mellal-Khenifra pendant deux mandats.Elle est titulaire d’un doctorat et travaille comme professeure invitée à l’Université Sultan Moulay Suleiman. à Béni Mellal.

Le site a révélé que la nouvelle présidente de l’Organisation Femmes pour la justice et le développement avait auparavant travaillé comme conseillère en charge des affaires parlementaires au cabinet du ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des Affaires publiques et de la Gouvernance 2017-2019, Hassan Daoudi. .

Et une ancienne conseillère au Diwan de Jamila Musalli, ancienne ministre de la Solidarité, du Développement social, de l’Egalité et de la Famille, entre 2019-2021.

C’est la conférence des femmes, qui a été inaugurée par Abd al-Ilah Ibn Kiran, secrétaire général du Parti de la justice et du développement, et la présence de Saad al-Din al-Othmani, l’ancien secrétaire général.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here