La Fédération nationale des transports touristiques au Maroc a déclaré que la crise des prix élevés du carburant a exacerbé la crise du secteur touristique au Maroc.

Elle a expliqué que les prix du carburant sont devenus 70% de leurs revenus pour les professionnels du secteur du tourisme, et qu’ils ne se sont pas encore débarrassés de la crise pandémique “Corona”, et que certaines institutions de financement ne tiennent pas compte de la circonstance et ne répondent pas aux décisions gouvernementales.

La Fédération a vivement critiqué les déclarations de la ministre du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Economie sociale et solidaire, Fatima Zahra Amor, au sein de l’institution législative, dans lesquelles elle affirme que « le secteur du transport touristique n’est pas affilié au ministère du Tourisme, » et qu’elle « a bénéficié du soutien et est sortie de la crise ».

Et elle a dénoncé l’absence de toute mesure de la part du ministre pour préserver les emplois, et de n’allouer aucune aide visant à stabiliser les entreprises. Elle a déclaré que le ministre s’était contenté de “tenir des réunions faciles et de disperser le gâteau du marketing et du financement aux grands investisseurs et aux personnes influentes, et de ne pas s’ouvrir aux groupes fragiles et moyens du système touristique, puis de refuser de siéger au dialogue”. table avec des représentants du secteur du transport touristique.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here