Les parlementaires de la Chambre des représentants ont critiqué les modalités de distribution des subventions aux associations, appelant à l’élaboration d’une base de données contrôlant l’octroi des aides et à l’élaboration d’une vision stratégique horizontale et globale garantissant l’harmonisation et l’intégration des interventions du Conseil ministériel. secteurs.

Lors d’une réunion tenue par la Commission de surveillance des finances publiques à la Chambre des représentants, mardi, les parlementaires ont appelé le gouvernement à télécharger la stratégie qu’il s’est fixée à cet égard, selon un calendrier précis, en mettant l’accent sur le contrôle des aspects juridiques, procéduraux et les aspects de contrôle de la distribution des subventions, et d’accélérer la publication des textes réglementaires relatifs au travail collectif.

Le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des Relations avec le Parlement et porte-parole officiel du gouvernement, Mustafa Paytas, a déclaré que le gouvernement a élaboré une nouvelle stratégie pour promouvoir la société civile en général et pour mesurer le soutien public apporté par les secteurs gouvernementaux, en notamment à l’horizon 2026.

En avril dernier, lors d’une session parlementaire consacrée aux questions orales à la Chambre des représentants, le ministre a reconnu la faiblesse de la coordination entre les secteurs gouvernementaux et les données limitées liées au tissu associatif, indiquant que la nouvelle stratégie repose sur cinq axes principaux, qui concernent l’élaboration et la coordination des politiques publiques dans le domaine de l’avancement de la société civile et du développement organisationnel et la structuration des associations de la société civile pour en faire un partenaire incontournable du développement.

Il comprend également « le renforcement du partenariat entre l’État et les associations de la société civile, en renforçant et en diversifiant les soutiens publics qui leur sont destinés, en plus d’accélérer l’achèvement et la réhabilitation de l’environnement juridique lié à la société civile, tandis que le cinquième axe vise à encourager la numérisation ». comme un levier principal pour le développement des associations de la société civile.

Lors de sa préparation, on s’est appuyé sur les rapports et les recommandations du nouveau modèle de développement, du Conseil supérieur des comptes, du Conseil économique, social et environnemental, des conclusions de la Commission de contrôle des finances de la Chambre des représentants et des recommandations du dialogue national sur la société civile et le dialogue parallèle au dynamisme de Rabat, qui a été organisé durant la période entre 2013 et 2014.

La stratégie s’est également ouverte aux « expériences de 21 pays, dont 14 en Europe, 4 pays en Afrique, deux pays en Amérique et un pays en Asie ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here